Éducation aux images 2.1
- recherche-action -


« Usages numériques, salles de cinéma, pratiques des publics adolescents, médiation : des convergences à inventer »

Région Île-de-France 2018-2021

Recherche

En parallèle des actions de terrain, des chercheurs analysent les actions, travaillent avec les porteurs de projets, afin de construire une vision lucide, concrète et utile pour le déroulement du projet, ainsi que les élaborations méthodologiques qui en découleront.

Les chercheur·e·s investi·e·s dans ce travail sont : Laurence Allard (sociologie des pratiques numériques), Natacha Cyrulnik (anthropologie de l’image), Perrine Boutin (didactique de l’image), Marie Ducellier (anthropologie sociale), Laëtitia Kulyk (sociologie des industries et des publics), Tomas Legon (sociologie de la culture), dont le travail est coordonné par Benoît Labourdette (sciences de la culture et de l’éducation).


Synthèses élaborées par Coralie Billet, Catherine Archer et Benoît Labourdette.

Biographies des chercheurs associés

Laurence Allard

Maître de conférences en Sciences de la Communication à l’Université de Lille-III, professeure des Universités et chercheuse à l’Université Paris 3-IRCAV, Laurence Allard s’intéresse à l’effervescence de la sphère numérique actuelle. Ces thèmes de recherche balaient les pratiques expressives digitales (web 2.0, remix, internet mobile, pratiques transmédiatiques, financement participatif, télévision sociale, MOOC et savoirs situés), le rapport entre mobile et société (jeunes, femmes, santé, monnaie mobile, développement, diplomatie digitale, mobile et création-photo/vidéo, arts mobiles, culture mobile juvénile des applications type Tik Tok…), l’économie créative des talents numériques (Youtubeurs, Instagram, Micro-influenceurs).
Par ailleurs, son activité est engagée citoyennement, elle est co-fondatrice du « Labo Citoyen, capteurs environnementaux DIY », en résidence 2018-2020 au Carrefour Numérique (Cité des Sciences/Universciences) avec le projet « Captothèque/Air Citizen » .
Laurence Allard apporte à la Recherche-Action un lien direct à l’actualité internationale des mutations numériques en cours et la vivacité effrénée avec laquelle applications et impacts se modifient.

Publications (sélection) :

  • Blog sur la culture mobile.
  • « Mythologie du portable », de Laurence Allard, éditions Cavalier Bleu, 22 janvier 2010
  • « Téléphone mobile et création », de Laurence Allard, Laurent Creton et Roger Odin, Edition Armand Colin, 19 février 2014, Format Kindle
    Nouvelles entrées
  • « Démocratie Numérique Populaire », MSH Paris Nord, 7 mars 2020
  • « L’ultra-court, format roi des réseaux sociaux », entretien We Demain, 21 février 2020

Site personnel relayant toutes les entrées, les interventions publiques ; etc. : http://culturesexpressives.fr/doku.php


Natacha Cyrulnik

Natacha Cyrulnik mène depuis 15 ans une activité de documentariste, plutôt dans un registre social et humaniste, avec notamment des films dans les rues de la cité Berthe de La Seyne-sur-mer. En parallèle elle est maître de conférences à l’Université Aix Marseille, Toulon et Nice. Sa thèse traite de « Représenter le monde et agir avec lui, la méthode du documentaire de création ». Elle poursuit aujourd’hui son travail de recherche sur la notion d’identité de territoire que génère la pratique collaborative de film. Toujours en associant son travail universitaire à l’expérience pratique, Natacha Cyrulnik a co-conçu une des actions phare de la Recherche-Action, celle se déroulant dans le Quartier des Navigateurs à Choisy-le-Roi et expérimente le concept innovant d’atelier inversé.

Publications (sélection) :

  • “Qu’est-ce que l’éducation artistique au cinéma”, éd. L’entretemps, 2018.
    Filmographie :
  • « Dix ans à la cité Berthe », 54’, 2009, témoigne de l’évolution humaine, urbaine et audiovisuelle de ce travail de sensibilisation audiovisuelle. Ce film a obtenu le prix du festival de documentaire d’action sociale de l’IRTS à Nancy en février 2010. Il tourne en France actuellement.
  • « Habiter le territoire », série en chantier actuellement.

(source : http://lacompagniedesembruns.com/index.php/natacha-cyrulnik/scenographie?id=20)


Perrine Boutin

Perrine Boutin est très impliquée dans les expériences pédagogiques universitaires. A l’Université Sorbonne Nouvelle Paris 3, elle est maître de conférences dans le département Cinéma et Audiovisuel, co-responsable du parcours « Didactique de l’image : création d’outils pédagogiques, art de la transmission », elle est également co-responsable de l’option cinéma du MEEF - Métiers de l’Enseignement, de l’Éducation et de la Formation et rattachée au laboratoire de l’IRCAV.
Dans le domaine de l’éducation au cinéma, elle est administratrice de l’association Enfants de cinéma, qui coordonne le dispositif national d’Ecole et cinéma, présidente d’Enfances au cinéma, qui coordonne ce même dispositif à Paris.
Ses thèmes de recherche touchent à la pédagogie « de et par l’image » : médiation et transmission des images, histoire et contexte des politiques culturelles. La Recherche-Action sollicite son expertise d’analyste des dispositifs concernant les actions en temps scolaire et hors temps scolaire.

Publications (sélection) :

  • « Didactique des images , Récits d’expériences pédagogiques à et par l’image », de Perrine Boutin, Paul Lefur, édition L’Harmattan, janvier 2020

Marie Ducellier

Jeune doctorante en anthropologie sociale au sein du Centre Confédéral de La Ligue de l’Enseignement, pour une thèse axée sur l’éducation populaire et l’ethnographie des ateliers d’éducation aux images, Marie Ducellier observe et recueille actuellement le matériau d’une des actions de la Recherche-Action, celle se déroulant dans le Lycée Hénaff, auprès d’une classe d’adolescents décrocheurs. Elle interroge ainsi une forme classique d’atelier d’éducation au cinéma auprès d’un public « empêché » en milieu institutionnel et analyse la racine des enjeux de l’innovation en matière de passage d’une forme de médiation à une autre.

Publications (sélection) :

  • Mémoire de master “Arts et Langage, parcours Images et cultures visuelles », à l’EHESS (Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales) : “Filmer la parole introspective - La relation filmé(s)/filmeur comme expérience humaine et sociale dans le cinéma documentaire”. (2015-2017).
  • Filmographie : un documentaire “Les mots qui restent”.

Laëtitia Kulyk

Enseignante, chercheuse (Sorbonne, Paris 3 ; Université de Jyväskylä, Finlande), Laëtitia Kulyk a étroitement participé à une recherche collaborative (programme EPHESE rattaché à l’IRCAV, 2011/2016) sur “Les salles de cinéma et leurs exploitants en France (1960-2015)”. Ce programme se penche non seulement sur l’histoire des salles en tant que lieu (architecture), mais sur l’évolution des techniques et de leurs normes, de leurs exploitants et de leur programmation. Il a fait l’objet d’un colloque international à Paris, les 24 et 25 avril 2013 ainsi que de nombreuses publications.
Par ailleurs, attachée de coopération audiovisuelle à l’Institut français de Grèce (IFG) de 2015 à 2019, Laëtitia Kulyk a contribué à la promotion des industries culturelles en Grèce où elle dirigeait notamment le Festival du film francophone (dont la 20e édition a eu lieu en avril 2019).
Sa collaboration à la Recherche-Action éclairera la piste de l’innovation dans les salles de cinéma et les enjeux de la transformation de ces lieux de diffusion en espaces de fabrique et de socialisation.

Publications (sélection) :
Collaborations intellectuelles ou scientifiques dans des revues et ouvrages dont :

  • Film Nationality – the Relevance of this Concept in the Contemporary European Film Sector. Journal of Arts Management, Law, and Society. Volume 50, Issue 2 : 2020. DOI : 10.1080/10632921.2019.1698482
  • Vers une internationalisation des coproductions dans les Pays nordiques ? Impact de l’Europe et évolution du secteur depuis les années 1990. Dans “L’internationalisation des productions cinématographiques et audiovisuelles”, Claude Forest, Presses universitaires du Septentrion, mars 2017
  • Revue Théorème 22, “La vie des salles de cinéma”, Chapitre 6 : Stratégies de programmation d’un multiplexe : le Pathé Conflans Sainte Honorine (2001-2013), édité par Claude Forest et Hélène Valmary le 2 février 2015.

Tomas Legon

Docteur en sociologie de l’EHESS et du CEMS (Centre d’Etude des Mouvements Sociaux), attaché d’Enseignement de Recherche au département Sciences de l’Éducation de Paris 8, co-organisateur de l’Atelier de doctorants « Méthodes et terrain en sociologie de la culture », Tomas Legon offre une vision aigüe du public adolescent, de ses mécanismes de réception face aux biens culturels (en particulier dans le domaine de la musique et du cinéma), de la construction de leur avis, de leur usage et perception des transmetteurs (dispositifs de médiations, prescripteurs). Les recherches de Tomas Legon permettent, d’une part, de se situer au plus près de ces jeunes et de leur mouvement d’acculturation, d’autre part de repenser actions éducatives et médiations à l’aune des malentendus, paradoxes, brouillages des objectifs et autres nœuds de tension révélés par les enquêtes et analyses. Autant d’atouts pour inventer la Recherche-Action et sa construction d’une innovation en symbiose avec publics et contextes actuels.

Publications (sélection) :

  • « Il faut du fun et le côté un peu cinéphile » Quand les institutions aident les salles indépendantes à séduire le public jeune, Tomas LEGON, La Découverte | « Réseaux », 2019/5 (n° 217), pages 185 à 221
  • « Moi je lui donne 5/5 », Paradoxes de la critique amateur en ligne, par Dominique Pasquier, Valérie Beaudouin, et Tomas Legon, Édition Presse des Mines, Paris, nov. 2014