Éducation aux images 2.1
- recherche-action -


« Usages numériques, salles de cinéma, pratiques des publics adolescents, médiation : des convergences à inventer »

Région Île-de-France 2017-2022

Groupe 4 : Lieu de diffusion, lieu de fabrique, lieu de socialisation

La salle de cinéma est traditionnellement un lieu de diffusion de films. Les contenus diffusés sur l’écran évoluent (opéras, séries, jeux multi-joueurs, films amateurs...).

À l’instar des domaines de la musique, de la danse, du théâtre ou des arts plastiques qui depuis longtemps intègrent des pratiques de fabrique, de médiation et de formation au sein des lieux de diffusion eux-mêmes (pour y construire une inscription plus profonde de leurs publics), comment les salles de cinéma peuvent trouver des inspirations pour intégrer des lieux de fabrique dans leurs pratiques, et ainsi réinventer de nouvelles pratiques pour les spectateurs ?

Il sera aussi question dans ce groupe de s’interroger sur les rapports lieux de diffusion et environnement extérieur. Ce groupe a pour vocation d’approfondir les nouvelles fonctions des salles, en articulation avec les nouveaux usages et de voir comment la relation entre éducation aux images et salles de cinéma doit évoluer. C’est une réflexion qui s’est ouverte au cœur de l’exploitation elle-même depuis plusieurs années, avec le concept de “salle augmentée”. Le renouvellement des publics, l’attractivité pour les adolescents des salles de cinéma passent aussi par l’articulation des propositions des salles de cinéma et des médiathèques avec celles d’autres lieux que fréquentent les adolescents.

Enfin, il faut aussi s’interroger dans ce groupe sur les lieux de diffusion et les nouvelles constructions du spectateur. Face à la révolution numérique, on constate une évolution des fonctions de la salle de cinéma - qui va bien au-delà de la seule diffusion des œuvres cinématographiques – et des nouveaux usages des spectateurs, en particulier ceux des jeunes. En effet, à l’heure de l’accès quasi immédiat à tous les films sur les terminaux numériques personnels, pour quelle raison se déplace-t-on encore dans les salles ? Indéniablement, pour d’autres raisons que simplement voir le film : socialisation, rencontres, échanges, expérience, convivialité, valorisation des productions locales et amateurs...

Pistes de travail

  • Comment concevoir le lieu « salle de cinéma » ? Comment favoriser l’intergénérationnel ?
  • Comment mettre en lien « l’urbanité connectée » avec les propositions des salles de cinéma ?
  • Comment ouvrir les actions d’éducation au-delà du cinéma : ouverture aux pratiques de l’image contemporaines ?
  • Comment utiliser les nouvelles technologies et les nouveaux usages dans les processus d’ateliers : applications utilisées par les adolescents, réalité virtuelle, réalité augmentée...
  • Comment créer des partenariats entre les salles et les autres structures culturelles du territoire, notamment les médiathèques ?
  • Comment construire des complémentarités entre des diffusions commerciales et des diffusions non commerciales ?
  • Comment penser de nouvelles actions articulées entre la salle et le « hors les murs » ? Comment faire venir un public qui n’a pas l’habitude de fréquenter la salle ?
  • Comment une salle développe des projets communs avec différentes structures de la ville ?
  • Comment fait-on venir des « non publics » ?
  • Est-ce que les nouvelles technologies génèrent de nouvelles positions pour le spectateur en salle ?
  • Comment fait-on rencontrer l’œuvre en sortant de la posture traditionnelle ?
  • Quels nouveaux outils ou processus de médiation peuvent être élaborés pour aborder les œuvres ?

Caroline Carré

Chargée de la conquête des nouveaux publics. Cinéma Le Méliès (Montreuil).